49 Views

Les propriétés de la peau sont les mêmes quelle que soit sa couleur, et les troubles pigmentaires sont également les mêmes que la peau soit noire, jaune ou blanche. Il existe cependant des nuances utiles à connaître. Qu’elle soit blanche, noire, jaune, ou café au lait, chaque peau est unique et réagit de façon particulière en fonction de facteurs comme l’environnement, le climat, l’alimentation, l’hydratation, et les hormones…

Ce qu’il faut retenir, c’est que la peau est l’organe le plus étendu et le plus lourd du corps humain. Quelle que soit sa couleur, la peau se compose toujours de trois couches superposées : L’épiderme / Le Derme / l’hypoderme.

Qu’est ce qui donne la couleur à la peau ?

La peau présente une carnation différente selon son origine, la couleur de la peau n’est pas directement associée à un pays ou à une région du monde. Du fait du métissage il existe toutes les couleurs de peau possibles pourtour dans le monde. La couleur de la peau est liée au sang qui circule dans les vaisseaux du derme, ainsi qu’à l’épaisseur de la partie superficielle de l’épiderme (la couche cornée), des pigments comme le carotène et surtout la mélanine se fixent sur la couche cornée de l’épiderme pour donner à la peau sa couleur. La quantité et la nature desmélanines contenues dans la peau, ainsi que leur répartition, sont les principaux critères déterminant sa couleur. La couleur de la peau est une caractéristique individuelle, La génétique joue un rôle capital dans la détermination de la couleur. Ces couleurs sont liées à la présence plus ou moins importante de mélanine dans le derme, un pigment dont le rôle est de protéger la peau contre les rayons du soleil.

En effet La principale fonction biologique de la mélanine est d’absorber les rayons ultraviolets (UV) du soleil pour éviter qu’ils abîment l’ADN contenu dans le noyau des cellules de l’épiderme, ce qui pourrait provoquer de l’inflammation (« coup de soleil »), du vieillissement cutané (taches et rides). (Notons qu’il existe aussi une variété de mélanine rougeâtre appelée phaeomélanine, qui donne la couleur caractéristique des cheveux roux ; elle ne protège pas du tout la peau qui est du donc plus fragile et sujette aux les cancers cutanés).

Les peaux claires sont à risque élevé de cancers cutanés et les peaux foncées mieux protégées contre les rayons du soleil, sont néanmoins fragiles et sujettes à des troubles pigmentaires et cicatriciels.

Les phototypes

Les dermatologues classent les types de peau selon leur sensibilité aux UV sur une échelle appelée « phototype » : Ce qu’on appelle communément « peau de couleur », ou peau foncée, correspond aux phototypes 4 par exemple, un sujet méditerranéen à peau mate, 5 par exemple, un Indien à peau cuivrée et 6 par exemple, un Africain à peau noire.

Les différents phototypes ne sont pas répartis également sur notre planète. Cela s’explique par les lois de l’évolution et l’histoire des migrations des premiers humains. Au fil de dizaines de milliers d’années, les populations ayant migré dans des régions peu ensoleillées ont perdu leur pigmentation intense parce qu’une peau plus claire, en laissant passer plus d’UV, facilite la synthèse de vitamine D et la prévention du rachitisme. Au contraire, les populations restées dans des régions très ensoleillées ont conservé une pigmentation intense qui les protège des UV. Les cheveux très enroulés sur eux-mêmes dit crépus sont habituellement associés à un phototype 5 ou 6, mais les populations d’Amérique du Sud ou d’Asie dont la peau est très foncée ont les cheveux très lisses.

Depuis une dizaine d’années, l’industrie cosmétique s’est intéressée à ces différences et développe des réponses adaptées aux demandes spécifiques de chaque type de peau. Chez Be.esthetic nous sommes à la pointe sur les recherches et soins dermatologiques pour traiter les peaux métissées et foncées. C’est avec plaisir que nous vous accueillons pour faire un diagnostic de votre peau, et trouver meilleurs soins dont votre peau a besoin.

A bientôt.

Hélène